Quelle aide travaux isolation pour une rénovation en copropriété ?

Le 3 novembre 2017

 

En quelques années, la facture de chauffage en copropriété connaît une envolée indéniable, représentant 50 % des charges de fonctionnement. Améliorer les performances thermiques et énergétiques de la copropriété est donc de rigueur. Pour réduire le coût global des travaux, recourir à une aide travaux isolation s’avère toujours judicieux.

Une aide travaux isolation en copropriété

©Crédit photo : Pxhere.com

L’éco-prêt à taux zéro ou PTZ

Avec la facture de chauffage qui s’alourdit d’année en année, la rénovation énergétique s’avère être un passage obligé pour les copropriétés. Afin de réduire le coût des travaux d’amélioration énergétique, les copropriétaires peuvent prétendre à une aide travaux isolation.

Chaque copropriétaire peut souscrire un éco-prêt à taux zéro.  Le PTZ est octroyé pour le financement de travaux de rénovation thermique de copropriété. Il s’agit d’un prêt de 10 à 15 ans, d’un montant de 20 000 à 30 000 €, accessible sans conditions de ressources.

Pour bénéficier de cette solution de financement,  chaque copropriétaire doit mettre en œuvre au moins deux catégories de travaux éligibles. Le PTZ est accordé notamment pour l’isolation de la toiture et/ou des murs, le remplacement de chaudière…

L’emprunt collectif

Alternativement, l’éco prêt à taux zéro « copropriétés » constitue une solution de financement à la rénovation énergétique d’un ou plusieurs immeubles. Il s’agit d’une aide travaux isolation sans intérêt entrée en vigueur depuis le 1er janvier 2016. D’un montant maximum de 30 000 €, le crédit gratuit est octroyé pour une durée de10 ou 15 ans aux copropriétés.

D’autres emprunts collectifs peuvent également être souscrits par le syndicat des copropriétaires. En qualité de personne morale, le syndic peut par exemple contracter le « Copro 100 » de Crédit foncier.

Les modalités d’accès à un emprunt collectif sont toutefois très strictes. La décision de faire souscrire un crédit au syndicat doit être votée par la majorité lors d’une Assemblée Générale. Le prêt doit servir à financer des travaux dans les parties communes ou privatives de l’immeuble, à des fins d’économie d’énergie. L’emprunt doit également être garanti par une caution.

Faire financer les travaux par le fournisseur d’énergie

Par ailleurs, les copropriétés peuvent aussi opter pour un financement des travaux par le fournisseur d’énergie. Concrètement, les copropriétés peuvent prétendre à un Contrat de Performance Energétique (CPE). Initiée par la loi Grenelle II, il s’agit d’une aide travaux isolation attribuée par un distributeur ou un fournisseur d’énergie.

Les travaux de performances énergétiques seront entièrement financés par le fournisseur ou distributeur d’énergie. La copropriété ne déboursera pas un centime pendant la durée du contrat, entre 4 et 8 ans.

Par contre, les charges de chauffage seront gelées pour la même période. Ce principe permet au prestataire d’énergie de récupérer les sommes investies dans les travaux de rénovation énergétique.

    Une alternative à l’isolation à 1 €

Ce principe s’avère être une alternative à l’isolation à 1 € dans le logement individuel. Le programme permet de réaliser des travaux d’isolation en vue d’optimiser les performances énergétiques au coût symbolique de 1 euro.

Les particuliers peuvent bénéficier de cette aide à l’isolation, après avoir vérifié l’éligibilité de leur projet de rénovation. Ce sont alors les distributeurs ou fournisseurs d’énergie qui prennent en charge le coût des travaux, sans limitation de surface.

Négocier les certificats d’économies d’énergie

Il est aussi possible pour les copropriétés de réduire de l’ordre de 10 à 12 % le coût des travaux de rénovation énergétique en négociant les C2E. Le dispositif demeure peu connu, mais s’avère pourtant d’une grande efficacité et particulièrement rentable.

Via le syndic, la copropriété peut valoriser ses Certificats d’Economies d’Energie pour les revendre à une entreprise spécialisée. Le syndicat peut alors se rapprocher d’une délégation départementale de l’Anah ou de l’Adil pour bénéficier des meilleurs conseils pour la négociation.

En complément, il convient de noter que certains travaux ouvrent droit au CITE ou crédit d’impôt pour la transition énergétique. Cette aide travaux isolation représente entre 10 et 32 % du montant des dépenses liées aux travaux d’amélioration énergétique.

   Cibler les travaux performants

Afin d’optimiser la rentabilité des travaux de rénovation énergétique dans la copropriété, il est préconisé de cibler les travaux performants. Suivant les spécificités de l’immeuble, il convient de favoriser les travaux réellement efficaces.

L’exposition de l’immeuble, les travaux déjà réalisés, la date de construction entre autres conditionnent les rénovations prioritaires. Avant d’opter pour le changement de chaudière, renforcer l’isolation de la copropriété s’avère toujours plus judicieux.

 

 

 

 

 

A Propos

Blog d'H2O Isolation, le spécialiste de l'isolation à 1€.

Archives

  1. mai 2018
  2. avril 2018
  3. mars 2018
  4. février 2018
  5. janvier 2018
  6. décembre 2017
  7. novembre 2017
  8. octobre 2017
  9. septembre 2017
  10. août 2017
  11. juillet 2017

 

 

Back to Top