Environnement et rénovation énergétique : les mesures incitatives privilégiées

Le 9 octobre 2017

 

Pour la transition énergétique et en vue de réduire l’empreinte environnementale, l’Etat met à disposition des Français différentes mesures incitatives. Environnement, économies d’énergie et rénovation énergétique sont ainsi privilégiés

Environnement et rénovation énergétique

© Crédit photo : pixabay

Environnement et mesures incitatives

En France, l’énergie domestique représente jusqu’à 25 % des émissions de gaz à effet de serre. Pour l’Etat, encourager les ménages à consommer moins d’énergie est un défi de taille. D’une part, le pouvoir public œuvre de manière à atteindre son objectif d’économies d’énergie à l’échelle nationale. D’autre part, c’est une manière pour les foyers français de contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique.

Préserver l’environnement représente un enjeu majeur pour tous. C’est ainsi que le gouvernement a opté pour différentes mesures incitatives, visant à favoriser les actions au profit de l’environnement. Concrètement, il s’agit d’aides proposées sous différentes formes, visant la promotion de la rénovation énergétique auprès des particuliers.

La rénovation énergétique en faveur de l’environnement

La rénovation énergétique tient rôle de levier de la transition énergétique. Inciter les foyers à réaliser des travaux d’amélioration énergétique est essentiel pour réduire les besoins et les consommations en énergies primaires. Toutefois, l’administration ambitionne de mettre la rénovation énergétique au profit de l’environnement.

Le gouvernement encourage surtout les travaux respectueux de l’environnement. C’est ainsi qu’est née l’éco-conditionnalité, un critère requis pour accéder à la majorité de ces aides étatiques incitatives. Respecter les critères et principes environnementaux est donc de rigueur dans le cadre de la rénovation énergétique.

    L’isolation à 1 € : une référence de la rénovation

Parmi les mesures incitatives reposant sur l’éco-conditionnalité, l’isolation à 1 € répond à des normes environnementales spécifiques. Pour rappel, l’isolation à 1 € est assimilée au dispositif des CEE ou Certificats d’Economies d’Energie. En pratique, les travaux de rénovation énergétiques des particuliers sont financés grâce aux obligations des fournisseurs d’énergie envers l’Etat. Les ménages quant à eux, devront s’acquitter d’une facture à 1 euro symbolique pour leurs travaux.

Cette mesure incitative est une réelle référence de la rénovation « verte ». Les travaux doivent en effet être réalisés par un professionnel certifié RGE (Reconnu Garant de l’Environnement) pour être éligibles au programme. Il s’agit d’un label garantissant la qualité des travaux et le respect de l’environnement dans toutes les démarches, depuis le choix des matériaux à la réalisation des travaux proprement dit.

     Les matériaux « vert » à l’honneur

Pour atteindre les performances énergétiques réglementaires, les foyers doivent réaliser des travaux de rénovation efficaces. Les matériaux dits « verts » ou écologiques sont alors placés sur le devant de la scène. Dans le cadre de l’isolation à 1 € accessible sous vérification d’éligibilité par exemple, la laine minérale est l’isolant à l’honneur. Il s’agit d’un isolant naturel, ne présentant aucun risque pour les occupants comme pour l’environnement.

Par ailleurs, les performances thermiques moyennes de l’isolant avoisinent le 0,030W(m.k.). Appliquée en plusieurs couches, la laine minérale permet ainsi d’offrir au logement une performance thermique optimale. Il convient de noter également que le matériau isolant améliore également les performances acoustiques du bâti, un point important en termes de confort.

Le crédit d’impôt recentré en 2018

Parmi les mesures incitatives mises en place dans le secteur du logement, le crédit d’impôt pour la transition énergétique est une référence. Il s’agit d’une déduction fiscale appliquée sur les dépenses relatives aux travaux de rénovation énergétique. Actuellement, cette aide incitative est offerte à un taux unique de 30 %. Autrement dit, le CITE permet de couvrir jusqu’à hauteur de 30 % des dépenses relatives aux travaux d’amélioration énergétique.

Pour rendre cette mesure encore plus efficace, l’Etat va recentrer le crédit d’impôt en 2018. La déduction fiscale portera alors exclusivement sur des travaux de rénovation spécifiques, de type isolation des combles… Centrer l’aide sur les travaux jugés les plus efficaces est un défi pour le gouvernement. Aussi, le CITE sera limité à 15 % en 2018, concernant la rénovation des portes, fenêtres et volets isolants. Par ailleurs, le crédit d’impôt se verra être remplacé par une prime en 2019, de façon à ce que les ménages n’aient pas à avancer les fonds pour les travaux.

Des primes « coup de pouce »

Pour lutter contre le réchauffement de la planète, la transition énergétique vise aussi la promotion des énergies renouvelables, notamment dans le logement. Les foyers français peuvent ainsi prétendre à différentes primes « coup de pouce », en choisissant de recourir à des énergies renouvelables.

Pour remplacer une chaudière au fioul par une chaudière à bois, biomasse ou encore à géothermie, une prime de 2 000 à 3 000 € est prévue pour les ménages modestes. Cette prime dite « coup de pouce » vient en complément avec le CITE.

 

 

 

 

 

A Propos

Blog d'H2O Isolation, le spécialiste de l'isolation à 1€.

Archives

  1. mai 2018
  2. avril 2018
  3. mars 2018
  4. février 2018
  5. janvier 2018
  6. décembre 2017
  7. novembre 2017
  8. octobre 2017
  9. septembre 2017
  10. août 2017
  11. juillet 2017

 

 

Back to Top