Remplacement de chaudière gaz/fioul : les aides prévues en 2018

Le 16 octobre 2017

 

L’État accorde aujourd’hui de l’importance aux différentes mesures d’encouragement du remplacement de chaudière gaz/fioul. L’objectif du gouvernement est de promouvoir l’utilisation des équipements moins polluants. Les pouvoirs publics prévoient ainsi d’octroyer différents types d’aides et subventions en 2018 pour soutenir les ménages.

Les aides au remplacement de chaudière gaz/fioul

© Crédit photo : pixabay

Pourquoi remplacer votre chaudière gaz/fioul ?

Plusieurs raisons peuvent amener un foyer à vouloir ou devoir changer sa chaudière gaz/fioul. Le motif fréquemment soulevé est d’ordre technique. Un remplacement s’impose en effet lorsque la chaudière est vieille de plus de 10 ans ou 15 ans. Au bout de cette période, le dispositif montre souvent des signes de faiblesse tels que des fuites, des besoins de réparations récurrentes ou encore des bruits suspects.

Dans ce cas, le changement de système de chauffage est requis, pour des raisons de confort thermique et de sécurité également. Par ailleurs, certains ménages optent pour une nouvelle chaudière se voulant moins polluantes. Les équipements fonctionnant via des sources d’énergie renouvelables connaissent ainsi un succès grandissant. Dans ce cas, le choix est motivé par des raisons purement écologiques.

    Chaudière et isolation thermique

Au moment de changer de chaudière, différents critères doivent être pris en compte suivant les besoins du foyer. Mais avant même de trouver la meilleure alternative à une chaudière gaz/fioul, un diagnostic de l’isolation thermique est de rigueur. Renforcer l’isolation du logement est un moyen efficace d’optimiser les performances d’une chaudière nouvellement installée.

L’idéal serait d’accroître l’isolation des zones à fortes déperditions de chaleur de l’habitation. Les combles et le toit seront donc à isoler en priorité, pour supprimer jusqu’à 30 % des pertes de calorifiques globales du logement. Une isolation thermique des fenêtres, murs, plancher, cave ou encore du garage contribue également pour profiter pleinement du rendement d’une nouvelle chaudière.

Des aides au financement pour une nouvelle chaudière

Dans le cadre de la croissance verte, l’Etat accompagne depuis longtemps les ménages souhaitant entreprendre des rénovations au sein de leur logement. Les foyers souhaitant remplacer une chaudière à gaz/fioul par un équipement plus économique et moins polluant bénéficieront donc de différentes aides étatiques. Des solutions de financement sont en effet prévues à financer de type de rénovation en 2018.

Ces aides viennent renforcer les subventions incitatives déjà existantes, comme l’isolation à 1 € octroyée sous vérification d’éligibilité, la TVA à 5,5 % ou encore le PZT. Toutes ces aides ouvertes aux particuliers ciblent toutefois les ménages modestes et en situation de précarité énergétique. Pour l’Etat, la mise en place de ces aides entre dans le programme d’économie d’énergie et de la lutte contre le réchauffement climatique.

    Les bénéficiaires des aides octroyées en 2018

D’une manière générale, les aides étatiques prévues en 2018 pour le remplacement de chaudière gaz/fioul demeurent des subventions ciblées. Même si elles concernent globalement la moitié de la population, l’accès à ces aides au financement est cadré par des critères stricts.

Pour l’Etat, il est en effet primordial d’accompagner en  priorité les foyers à faibles revenus, ne disposant pas forcément des ressources nécessaires pour investir dans un nouvel équipement. Aussi, plusieurs critères sont retenus pour accéder à ces aides :

  • La taille du foyer ;
  • Les ressources du ménage ;
  • Le type de chaudière choisi pour le remplacement…

Crédit d’impôt pour la transition énergétique à 30 % (CITE)

En 2018, le crédit d’impôt pour la transition énergétique comptera parmi les aides incitatives du gouvernement. Le CITE est une déduction fiscale, permettant de couvrir jusqu’à hauteur de 30 % du montant du changement de chaudière gaz/fioul. Ce qui va changer avec le crédit d’impôt en 2018, c’est que l’aide étatique sera recentré sur les chaudières gaz à condensation et sur la chaleur renouvelable.

Autrement dit, il sera ouvert pour un équipement de chauffage à bois, géothermie, biomasse, solaire thermique, pompe à chaleur et réseau de chaleur. A noter que le CITE demeure cumulable avec l’éco-prêt à taux 0 sans conditions de ressources, de même que la prime énergie. Les ménages peuvent donc réaliser un bouquet de travaux de rénovation en cumulant le CITE avec certaines subventions de l’Agence Nationale de l’Habitat (Anah) et autres aides des collectivités.

La prime énergie doublée en 2018

En 2018, une aide complémentaire au crédit d’impôt est également octroyée par l’État aux ménages souhaitant changer leur chaudière gaz/fioul. La subvention porte sur son remplacement par un appareil fonctionnant aux énergies renouvelables (chaudière à bois ou biomasse, pompe à chaleur air/eau…). L’objectif des autorités est d’inciter les ménages à opter pour des équipements plus écologiques.

Actuellement comprise entre 800 et 1 300 euros, la prime verra son montant doublé en 2018. Pour les ménages modestes au sens de l’Anah, c’est-à-dire en situation de précarité, la prime s’élèvera à 2 000 euros. Les ménages très modestes ou en grande précarité bénéficieront pour leur part d’une prime de 3 000 euros.

 

 

 

 

 

 

Back to Top